Pour cette rubrique, les opérations de fin d’exercice vont consister à identifier les dettes auprès des banques, sachant que les opérations courantes ont mouvementé les comptes bancaires tout au long de l’année.

Il y a principalement deux aspects dans cette partie.

1) Traiter les nouveaux emprûnts de l'exercice : lors du versement initial, le montant a été porté en produits financiers. Puis des remboursements ont pu avoir lieu pour les premières mensualités.

A partir de l'échéancier fourni par la banque, on devra porter au bilan le montant du capital restant du à la clôture du bilan.

Exemple : un emprunt de 10 k€ a été reçu sur le compte le 1er septembre.

Il a donné lieu au versement d'une trimestrialité le 1er décembre d'un montant de 1200 €.

Avant les opérations de clôture, on a dans les produits financiers 10 k€ et dans les frais financiers 1200 €.

Les 10 k€ vont être extournés vers le compte 16 - Emprunts et dettes assimilées.

Les 1200 € comprenaient 1120 € de remboursement de capital et 80 € de remboursement d'intérêt (ces informations vous sont fournies par l'échéancier de la banque). Cela veut dire que les 1200 € qui ont été passés en frais financiers doivent être ramenés à 80 €.

On extournera donc 1120 € des frais financiers pour débiter le compte 16 - Emrpunts et dettes assimilées.

Après ces deux opérations, le compte 16 est de 10000 - 1120 soit 8880 € montant qui doit correspondre au capital restant dû à la banque.

Pour les puristes, et toujours dans le prolongement de l'exemple précédent, le mois de décembre a généré également des frais financiers (même s'ils ne seront concrètement prélevés que lors de l'échéance suivante, début février). On peut alors calculer le montant des frais financiers correspondant au mois de décembre (par exemple 1/3 des frais financiers de cette trimestrialité, disons 26 €) et passer l'écriture suivante :

  • Au débit du compte 66 - charges financières : 26 €
  • Au crédit du compte Emprunts et dettes assimilées : 26 €

Compte tenu du faible montant, on peut aussi s'abstenir car celà complique sensiblement les choses alors que vous tenez une comptabilité simplifiée...


2) traiter les emprûnts antérieurs : il n'y a eu que les remboursements en cours d'année qui sont à traiter comme pour la trimestrialité ci-dessus. Mais ici il faut traiter l'ensemble des remboursements de l'exercice. Cela peut se globalement.

Si l'on a adopté la solution du calcul puriste ci-dessus, il faut prendre en compte le fait que 26 € avait été enregistrés en dette pour tenir compte des intérêts de décembre.

Il ne faut pas les compter deux fois. Mais à l'inverse, il faut prendre en compte le montant des intérêts de ce mois de décembre, soit par exemple 21 € (Dans un emprûnt, la part des intérêts diminue au fil des mois).

On contrepassera l'écriture de 26 € vue précédemment et l'on passera une nouvelle écriture similaire mais pour 21 €.